Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le salon de lecture

Le salon de lecture

Annexe lounge du Café du globe Pascal Coquet Textes, fictions, desiderata...et autres billevesées


Absurdous-débilarium ou la dure vie du rail (Oui, la dure vie duraille...)

Publié par le Moujo sur 29 Janvier 2018, 11:22am

Catégories : #Desiderata

Une petite saynète en vers (et contre tout)
Dans un compartiment de luxe, les amitiés se font
Une broche, un bernard l'hermite, un hareng, un porte-monnaie, un crayon,
Et bien sûr un contrôleur, qui veille à tout...
Cette pièce, trouée il faut le dire, jouée au théâtre de cinq sous, représente une performance d'acteurs puisqu'elle met en scène des personnages ayant rarement l'occasion de jouer un rôle.
De courte durée, l'action est vive, sans coupures.
Réservation dans toutes les bonnes pharmacies , vous y trouverez la brochure

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Il exulte, le bernard-l'hermite, dans les coulisses :

Côté jardin la salle est comble, c'est la féerie !

Les trois coups du bâtonnier retentissent,

Le rideau s'élève dans les cieux, c'est parti !

 

Une magnifique broche prend ses aises dans son écrin,

Un compartiment de première classe pour aller sur les chemins.

Il y a du roulis, du tangage,

Au rythme des traverses, le train s'engage.

 

Arrive le contrôleur : « Billets siou plait Madame »

Notre broche minaude, elle fouille dans son sac à main,

En sort un tube de gouache et un petit miroir.

Alors, surprise, elle se pâme :

« Suis-je bête, je l'ai laissé à la gare,

Sur le guichet, gare d'Estaing ! »

Puis calmement elle se remaquille,

Se pomponne en battant des sourcils.

 

Le contrôleur en a vu d'autres, il en a cure,

Se tourne vers la sortie, en route pour d'autres aventures.

Moralité : A gare d'Estaing, rien d'impossible !

Hagard destin ? C'est bien possible.

                

Le bernard l'hermite fait son entrée. Applaudissements.

Le contrôleur : « monsieur, vos billets, prestement »

L'ermite se renfrogne, rentre dans sa coquille, en douce.

On l'entend vaguement marmonner dans ses moustaches :

« Billets, billets, funeste potache...

Ai-je une tête à prendre des billets ? Pov' mec. »

L'agent sort alors sa boite de fruits secs

Et lui donne une amande douce.

 

Bernard a du savoir-vivre, c'est la moindre des choses,

Face à la broche, sans détours, il lui propose :

« Puis-je vous offrir mon amande, Aline ? »

« Merci bien, sans façon, car je surveille ma ligne »

 

Et bien lui en prit, car au bout de l'hameçon

Gesticulait un hareng, triste sort.

Une fois le poisson remonté à bord,

Il s'enquit de la destination

Et s'installa dans le compartiment.

La broche, d'humeur poète, s'adresse alors au hareng :

« Vous prendrez bien un petit vers ? »

« Merci, mais l'éviter, de loin, je préfère

Car voyez-vous, pour ce qui est du ver, j'ai déjà donné »

Et le hareng sort... pour fumer.

 

Un vieux porte-monnaie, grippe-sous à la peau burinée,

Vint s'asseoir à côté du bernard l'ermite.

Il raconta qu'il était désœuvré depuis le crack boursier

Il partait faire une somptueuse croisière en paquebot,

Vers la lointaine destination d'Acapulco ;

Alors on n'allait pas pleurer sur sa soi-disant faillite !

 

Le hareng était de retour,

Il avait entendu son discours.

 

Dans un coin, un crayon ne payait pas de mine.

Le contrôleur, quant à lui, était revenu, rieur.

Aline la broche et Bernard l'ermite, en chœur,

Tous entonnèrent de vieilles chansons de marine,

Le porte-monnaie, déridé, chantait d'une voix crue,

Lors le crayon participa à cette chorale impromptue,

Le hareng sifflait, le fonctionnaire rangea son cartable,

La nuit sera courte et le voyage agréable.

 

La lune se lève, les étoiles scintillent, tombe la nuit.

Le rideau aussi.

 

Quelques critiques :

  • SMIC'ART' : Il nous a semblé abusif de payer plein tarif pour voir une pièce trouée au théâtre de cinq sous.

  • MACHINOTS : L'action est menée d'un bon train...

  • BELLE & REBELLE : Soulignons au passage l'excellent travail des maquilleuses.

  • OXYGENE : Merci au souffleur.

Badmojo, troubadour de l’obsolète

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents