Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le salon de lecture

Le salon de lecture

Annexe lounge du Café du globe Pascal Coquet Textes, fictions, desiderata...et autres billevesées


De l'anachronisme

Publié par le Moujo sur 23 Juin 2013, 19:16pm

Catégories : #Fiction

Des mêmes auteursQuoi de plus sympathique et plaisant qu’un petit voyage ? Ainsi raisonnait Pythagore, alléché par l’échoppe d’un tour-opérateur de son quartier. Parmi les nombreux prospectus de Papyrus, l’Egypte l’attirait le plus.

 

Ainsi notre penseur cassait sa cagnotte, faisant fi de ses économies, et, aléa jacta est, au port du Pirée s’embarqua à bord d’un navire affrété par Onassis, transportant moult amphores d’huile de palme, de lait d’aînesse et de château-neuf du pape. C’était une magnifique trirème, Argos, affrétée par ce riche armateur grec. Dans la soute, voisinant avec ces denrées précieuses, les bagages des passagers privilégiés de ce vaisseau : Malles, valises, sacs et le paquetage de Pythagore renfermant son théodolite car il désirait mesurer les Pyramides.

Il avait trouvé un emploi à bord ; Edison, l’opérateur radio, avait besoin d’un assistant. A la tambouille Madame Poulard cassait des œufs et préparait des galettes de sarrasin pour tout l’équipage. Dans le luxueux salon des 1eres classes, l’ambiance allait bon train ; Les frères Lumière projetaient un film d’action : l’arroseur arrosé.

Le capitaine Flint regardait cela d’un œil amusé. Bref, la croisière s’amusait, excepté pour la jeune et belle Hélène (de Troie) qui pleurait comme Soraya car « sur l’ pont de Nantes un bal était donné, sur l’ pont de Nantes un bal était donné » ... et sa mère, la duchesse de Mao, « la vieille truie des rois maudits », lui disait : « Non, non ma fille, tu n’iras pas danser ! »

Elle avait quitté son château de Montenoison, en Bourgogne, pour participer à ce voyage qu’elle avait gagné à une émission-jeu. En effet elle avait donné la bonne réponse à cette question, posée par Lucien Jeunesse : « Combien de temps dura la guerre de cent ans ? »

Dans la cale, l’ambiance n’était pas la même : Le maître de cadence, Harry Belafonte, donnait le rythme en jouant du tam-tam. Il y avait, entre autres, Ben Hur enchaîné à l’oncle Tom sur leur banc de misère. Martin Luther King rêvait d’un monde meilleur... « I have a dream », répétait-il en cadence. Vidocq s’était juré de revenir en France avec les pieds nickelés et il leur montrerait à tous de quoi il était capable. Papillon, quant à lui, rêvait à la liberté et à de lointains horizons de manière obsessionnelle.

Le voyage se déroulait tranquillement donc, lorsque Jason, la vigie, du haut de son nid de pie, annonça ;« Navi’ à babo’d ! » En effet sur la mer rouge et  calme, se rapprochait une frêle goélette :

C’était l’Altaïr avec à son bord, Henri de Monfreid qui se livrait à son commerce illicite. Il dit au capitaine de l’Argos que les Romains avaient créé un blocus à cause de la Pétra oléum, le pétrole, et par conséquent seul un navire de l’empire pouvait accoster dans les principaux ports.

Flint le remerciât et chacun reprit sa route avec néanmoins une certaine condescendance l’un vis à vis de l’autre. (Il est vrai que Monfreid se livrait, entre autres, au trafic du haschisch et des armes)

Trois jours de navigation sur une mer plate et déserte se passent lorsque l’Argos voit arriver le Beagle commandé par le capitaine Fitzroy... Sa mission : Compléter certains relevés cartographiques et effectuer des mesures chronométriques autour du monde. A son bord, Charles Darwin en tant que naturaliste privilégié en compagnie de cartographes et géologues.

Cinquante trois mois auparavant, le Beagle quittait Devonport. Il releva les côtes Est et Sud de l’Amérique à partir de La Plata, l’Uruguay, l’Argentine, la Patagonie, fit escale aux Galápagos, puis à Tahiti, en Nouvelle-Zélande, en Australie, en Tasmanie, à l’île Keeling, aux Maldives, à l’île Maurice, à Sainte Hélène, à l’Ascension, au Brésil, au cap Vert, aux Açores ... Darwin visita Santiago aux îles du cap Vert, à Saint-Paul, à San Fernando de Noronha, passa des mois au Brésil, à Bahia , Rio... Après les îles Falkland et la Terre de Feu, il resta plus d’un an au Chili et au Pérou, escalada les Andes ...et le voici maintenant dans les eaux territoriales romaines.

Le capitaine Flint s’adresse à Fitzroy : « Vous ne pourrez pas accoster sur ces rivages, je le crains, car un blocus a été déclaré par les Romains » Mais le capitaine Fitzroy rassura Flint : « Vous vous doutez bien qu’une équipe de scientifiques bénéficie de certains passe-droits, j’ai du reste un document signé de la main de Crachus Octavius, le ministre des transports, m’autorisant une libre circulation et je vous propose de vous joindre au Beagle. »

Flint accepta de bon gré et c’est ainsi que naviguèrent de concert l’Argos et le Beagle, lors Pythagore fit la connaissance de Darwin...

Quels propos se sont-ils échangés ? Nous ne le saurons hélas probablement jamais car aucun historien ne fait mention de cette rencontre qui fut, à n’en pas douter, capitale pour l’avenir de l’humanité. Pythagore croyait à l’immortalité et à la transmigration de l’âme. Il prétendait même avoir été un guerrier de la guerre de Troie dans une vie antérieure !

La théorie de l’évolution serait-elle de lui ?

Pascal Coquet

4 juin 2003

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents